En pratique

Nouvelle intervention à LISAA de Nantes


Retour à Nantes cette semaine! J’ai eu le plaisir de revenir à LISAA, l’Institut Supérieur des Arts Appliqués, pour rencontrer les étudiants de 4ème année. Comme en novembre dernier avec les étudiants de 5ème année, l’idée était de leur présenter mon parcours professionnel et surtout de leur proposer un aperçu du fonctionnement des droits musicaux, et quelques conseils liés à leurs futurs métiers. Covid oblige, nous étions tous masqués, mais tous ensemble dans les locaux de LISAA. Pas de visio cette fois-ci, ce qui a rendu les échanges plus faciles et plus vivants!

L’exercice de la vulgarisation n’est pas toujours facile, et il faut souvent faire appel à des exemples concrets, ou des images fortes pour expliquer certains concepts abstraits. Mais les jeunes créatifs de LISAA ne manquent pas de ressources, et c’est sans difficulté que nous avons pu aborder la naissance du droit d’auteur à l’époque révolutionnaire, comparer la musique avec un gros burger, parler de sampling et des regrettés Daft Punk, ou expliquer pourquoi un vieux chef d’oeuvre de Mozart n’est pas forcément tombé dans le domaine public.

L’objectif de cette rencontre était de leur donner des clés de compréhension de cette grande mécanique, et de les habituer à s’interroger sur la musique qu’ils utiliseront dans leurs projets audiovisuels. A qui appartient-elle réellement? Comment retrouver les ayants-droit actuels, et comment les contacter? Pourquoi doit-on demander une autorisation? Quels sont les plans B à connaitre? Les voilà, je l’espère, un peu mieux armés, et un peu plus conscients de la réalité juridique qui entoure un simple fichier sonore.

C’était une expérience enrichissante pour moi, c’est au contact des curieux qu’on perfectionne son sujet, alors si ce genre d’intervention vous intéresse, ou si vous souhaitez compléter une formation, n’hésitez pas à me contacter!

Merci à Christine Tisserand de LISAA pour sa confiance!

(photo : Guillaume Lebrun – Lisaa.com)

En pratique
Les mots pour le dire / fail #7: « Signer un artiste »
En pratique
Les irrépartissables, ou quand la gestion des droits patine
En pratique
Les codes musicaux (part. 1/2)
Pas de commentaires.